MENU
Aide Successoral Fragment life Partenariat Professionnel

HOMÉLIE PAR SON FILS RÉAL LÉVESQUE, p.m.é

HOMÉLIE PAR SON FILS RÉAL LÉVESQUE, p.m.é

Homélie par son fils le Père Réal Lévesque, p.m.é. ERNESTINE DESROSIERS ( 1922-2018 ) Première lecture: 2 Cor 4, 14-5,1 Deuxième lecture: Jean 3,13-17 Bien chers parents et amis, Maman est entrée dans notre église de St-Ulric bien des fois et aujourd’hui nous y sommes ¨rassemblés pour lui faire un dernier adieu. ¨Père, ceux que tu m'as donnés, je veux que là où je suis, eux aussi soient avec moi¨, dit Jésus priant son Père, en pensant à la maison de son Père qui est aussi Notre Père. (Jean 17, 20-26) Dans notre beau village de St-Ulric, maman a passé les vingt premières années de sa vie au petit troisième avec une vue sur le fleuve de loin et 74 autres années sur l’avenue Ulric-Tessier, toujours dans la même maison, mais cette fois-ci avec une vue sur le fleuve de près, pour terminer sa vie dans une petite chambre au Carré St-Jérôme à Matane. Alors qu’elle franchissait le seuil de porte de sa maison le 9 mars 2017, maman s’arrêta et fit cette prière entendue par France et moi-même : Merci mon Dieu de m’avoir permis de vivre 74 ans dans ma maison et elle continua sa dernière marche sur la galerie arrière attristée et courageuse à l’image de toute sa vie d’ailleurs. Maintenant, en cette nuit de Noël alors que je commençais la messe ici à 20:00 maman a rendu son dernier souffle à Dieu à 20:05. Dieu le Père l'invitait à rejoindre son Fils bien-aimé Jésus ainsi que la mère de son Fils, Marie, dans sa grande Maison pour qu’elle puisse continuer sa vie avec eux, bien sûr autrement, mais non moins réelle. Ses voyages à l'extérieur de Saint-Ulric ont été assez réduits : le tour de la Gaspésie, Québec, Montréal et le Parc Stanley aux États-Unis… Par contre, son voyage intérieur en fut un d'assez long…Lecture quotidienne de la messe dans son Prions en église, lecture dans son livre de prières, les revues de Sainte Anne, de St Antoine et des Missions Étrangères ont été ses sources d'alimentation spirituelle et de réconfort. 1. GRATITUDE : Avec mes frères : Réginald, Daniel et Denis du haut du Ciel et ma sœur France, je veux dire Merci , Seigneur de nous avoir donné une mère pour qui la vie d'intimité avec toi a toujours été quelque chose d'important pour elle. Hier soir plusieurs m’ont dit que maman était une femme vaillante, déterminée, courageuse et préoccupée pour nous. Sa vie, ça été papa, ses cinq enfants, ses huit petits-enfants et ses quatorze arrière-petits-enfants dont elle se rappelait toujours leur anniversaire de naissance et les deux arrière-petits-enfants à venir. Au psaume 90, nous lisons ceci: Devant toi, Seigneur, s'effacent tous nos jours; le temps d'un soupir, nos années s'achèvent. Soixante-dix ans, c'est la durée de notre vie, Quatre-vingts, si elle est vigoureuse. Son agitation n'est que peine et misère; C'est vite passé, et nous nous envolons. Maman, à sa grande surprise, a dépassé les statistiques du psaume 90 de 16 ans. Souvent elle m’a dit : je pense que le Seigneur m’a oubliée. Merci, Seigneur, de nous avoir donné la compagnie de maman toutes ces années. Les paroles de St-Paul écrites aux chrétiens de la communauté de Corinthe nous parlaient, il y a un moment, de courage : nous ne perdons pas courage, dit-il, et même si en nous l'homme extérieur va vers sa ruine, l'homme intérieur se renouvelle de jour en jour. Merci, Seigneur, de nous avoir donné une mère courageuse malgré toutes les peines, les opérations et les souffrances qui ont été les siennes et qui l'ont associée à ton Fils souffrant, Jésus. 2. ESPÉRANCE Que puis-je espérer pour maman, pour vous comme pour moi-même ? C'est en Jésus-Christ et en son Évangile que nous pouvons trouver une réponse à cette question ? Entre sa descente du ciel sur terre et sa remontée au ciel, Jésus, à la fin de sa vie sur terre, a connu dans sa propre chair les souffrances et la mort sur une croix, en présence de sa mère Marie et de Jean, son disciple bien-aimé : les deux devenant témoins de son dernier souffle à Dieu son Père. De cette manière, il communiquait la vie éternelle à tous ceux et à toutes celles qui croiraient en lui. Jésus est donc le don de Dieu, le cadeau merveilleux que le Père nous a donné: son Fils bien-aimé. Croire en lui nous assure d'une vie qui ne finira jamais même si apparemment tout semble terminer. Le grand désir de Dieu, c'est de nous sauver. Dieu veut que maman, que nous avons connu et aimée, soit sauvée. Merci, Seigneur, de ton amour pour elle. Un troisième et dernier point : 3. Nos épreuves nous unissent au Christ souffrant J'achève en ma chair ce qui manque à la passion du Christ, disait Saint-Paul. Plusieurs épreuves ont été le lot de maman. Le 8 octobre 1979 papa décédait subitement. Maman avait 56 ans. Et elle dût vendre des produits Stanley de porte en porte beau temps mauvais temps pour subvenir à ses besoins et pouvoir rester dans sa maison. Il y a un peu plus de 28 ans, le 7 juin 1990, maman subissait une première intervention chirurgicale à la hanche gauche ; le 4 octobre 1990, une deuxième pour corriger l’erreur de la première et le 16 octobre 1992, une troisième pour finir avec une jambe sans prothèse qui la rendit handicapée pour toujours. À partir de 1992, maman n’a pu se déplacer autrement qu’avec un trépied pour finir avec une marchette. Cette expérience fut certes une grande douleur pour maman, car cela l’a confinée à la maison, plus cloîtrée qu’une sœur cloîtrée. Le 1er novembre 1997 est venue s’ajouter une autre grande peine dans le cœur de maman, celle de la mort subite de Daniel. Le 11 octobre 2002 une autre grande peine pour maman, la mort d’Andréa après une lutte courageuse pendant dix mois contre le cancer. Et le 13 octobre 2013 voilà que Denis, jumeau de Daniel, nous quitte après quatorze mois de lutte contre le cancer. Réal, me disait souvent maman : Jamais j’aurais pensé perdre mes jumeaux de mon vivant. C’est épouvantable! Au Carré St-Jérôme maman a vécu l’isolement total, n’ayant plus la force de se déplacer pour faire un peu vie commune avec d’autres de son âge. C’est triste de vieillir ainsi, dit-elle. Je n’ai pas le choix. Quelles souffrances vécues par maman dans le silence de son être tout au long de ces années ! En terminant, permettez-moi une petite prière: Seigneur, aide-nous à te reconnaître partageant nos joies et nos espoirs, nos peines, nos tristesses et nos angoisses… Seigneur, puisque nous sommes faits pour aller plus loin que nos maisons et nos villages, puisses-tu accueillir dans ta maison MAMAN qui a toujours cru en toi et qui t'a aimé alors qu’elle avait tout, avec ce qui a été son vécu, pour douter de ton amour… Amen!


Facebook Partager sur Facebook