MENU
Aide Successoral Fragment life Partenariat Professionnel

HOMMAGE À M. Jean-Claude WATTS

HOMMAGE À M. Jean-Claude WATTS

Entre les semences et les moissons une vie a passé C’est pour nous un honneur de rendre hommage aujourd’hui à notre père Jean-Claude, un homme droit qui a aimé la vie. Il a été un modèle de plusieurs façons : bon travailleur, rapide et efficace, père présent à ses enfants, grand-père intéressé et fier de ses petits-enfants et un mari aimant pour notre mère. Nous rendons hommage aujourd’hui à un homme qui a donné le meilleur de lui-même pour sa famille. NOTRE PÈRE ÉTAIT UN HOMME DE FAMILLE ET DE SERVICE Il est né dans une famille de 8 enfants et a donc appris très vite l’importance des valeurs familiales, du partage, de la solidarité, du respect des autres et de la débrouillardise. Il nous a transmis ses valeurs par ses paroles mais surtout par ses actions. En effet, il aimait recevoir toute sa famille à table, discuter avec nous de nos emplois, de nos automobiles, du sport et que dire de la politique. Il était toujours prêt à venir nous aider, à jouer au golf ou aller marcher sur la terre familiale. Il aimait nous « traîner » partout quand nous étions enfants que ce soit sur le tracteur, dans l’étable ou dans les champs. Nous sommes toutes déjà tombées endormies à ses côtés pendant qu’il vaquait à ses occupations. Notre père était créatif et avait toujours d’ingénieuses idées pour faciliter son travail ou adapter l’environnement selon les besoins. On peut dire qu’il était vraiment disponible pour nous tous. NOTRE PÈRE ÉTAIT UN MARI AIMANT Il a grandi sur la ferme familiale dans la paroisse de St-Ulric où il a rencontré sa complice de vie Carmen. Ils s’épouseront en 1967 et ensemble, ils vivront 53 années de mariage. Il a aimé sa femme et l’a protégée toute sa vie, modèle de fidélité, de respect et d’amour pour nous. Notre père était un père et un grand-père présents. Les années de mariage seront marquées par la venue de 4 enfants, Nancy, Sonia, Lucie et Marie-Noëlle, et de 5 petits-enfants, Rachel, Louis, Mathilde, Audréane et Émile qu’il a aimés. Il a passé des heures à les bercer étant tout-petits et plus âgés, il a inventé de multiples jeux pour les amuser. Il était présent lors des anniversaires, activités, événements de chacun et venait nous donner son mot d’encouragement. Les études avaient aussi une grande importance pour lui et il s’intéressait au cheminement de chacun. Pour ses enfants, il a travaillé dur afin d’offrir la possibilité de poursuivre leurs études. Il était fier de sa famille et il a permis à 4 femmes de s’épanouir dans leur vie personnelle et professionnelle. NOTRE PÈRE ÉTAIT UN HOMME ESPIÈGLE Il aimait taquiner, jouer des tours et raconter des histoires qu’il était rarement capable de terminer car il pouffait de rire avant le dévoilement du « punch ». Notre père aimait tellement rire, jaser, sa voix forte qui caractérise la famille des Watts retentissait dans la maison. Il était social et s’intéressait aux gens au point tel qu’il pouvait nommer la généalogie de chaque famille de sa communauté il aimait parler aux gens, se présenter, tenir la porte aux gens âgés et handicapés afin de leur faciliter la vie. NOTRE PÈRE ÉTAIT UN HOMME IMPLIQUÉ Homme d'action, il s'est impliqué au sein de sa communauté. Il a été marguillier, garde paroissiale et maire de la paroisse de Saint-Ulric. Homme d'amitié, il a joué au hockey-bottine, au ballon-balai avec les castors de Tartigou. À la retraite, il s'est découvert une passion pour le golf qui était un bon prétexte pour aller jaser avec ses amis. Il aimait se promener en moto-neige, jouer aux cartes, aux darts, aux quilles, prendre du bon temps avec les siens. NOTRE PÈRE ÉTAIT UN TRAVAILLEUR PASSIONNÉ Il a travaillé avec acharnement sur sa ferme familiale dont il était si fier. Il nous a montré à travailler fort, à s’occuper des animaux et des récoltes. Il nous a appris qu’il n’y avait pas de problème mais seulement des solutions, qu’une tâche n’était pas une corvée mais un accomplissement et que le succès ne se gagne pas facilement. Il nous a transmis le plaisir de travailler en équipe, combien de fois nous l’avons entendu siffler et rigoler durant la besogne quotidienne. Il avait sa propre expression : « donne-moi ça d’une main » pour dire que cette tâche peut se faire facilement. Il aimait le travail bien fait, rapide et surtout efficace, inutile de dire qu’il ne lésinait pas sur les efforts! NOTRE PÈRE ÉTAIT UN HOMME DROIT Franc, curieux, ingénieux, généreux qui a toujours suivi ce qu’il croyait bon. Il nous a toujours fait sentir importantes, il était un bon conseiller. Les valeurs qu’il nous a enseignées ne s’apprennent pas dans les livres. Notre père n’a pas construit d’empire, mais il a touché le cœur de chacun des membres de sa famille, une priorité pour lui. Même décédé, il reste vivant en chacun de nous. NOTRE PÈRE SAVAIT REMERCIER Merci aux parents et ami(es) qui, de près ou de loin, se sont déplacés pour visiter notre père à la maison ou à l’hôpital. Merci pour tous les services rendus, pour les appels et les bons mots qui lui ont permis de rester combatif jusqu’à la fin. Nos remerciements vont aussi au personnel de l’Hôpital de Matane et tout particulièrement à l’équipe du 4e étage, des soins palliatifs, des services à domicile et d'oncologie. Merci pour votre dévouement. La famille désire remercier également le personnel du Centre hospitalier de Rimouski pour les soins prodigués et les chaleureuses attentions accordées. Nous sommes privilégiés de pouvoir être aussi bien entourés et d’avoir tous ces gens présents aujourd'hui et qui pour la plupart ont fait plusieurs heures de route, afin de venir honorer sa mémoire et soutenir notre famille. Entre les semences et les moissons une vie a passé *********************************************** HOMMAGE DE SON FRÈRE AÎNÉ ALBERT Hommage à Jean-Claude Bonjour à tous En tant qu’aîné de la famille, par pas beaucoup, par dix mois et demi seulement, j’aimerais dire quelques mots en hommage à notre frère Jean-Claude. Affection et gratitude, oui, affection et gratitude! Voilà les sentiments que je ressens, que nous ressentons tous aujourd’hui à la mémoire de Jean- Claude. Depuis le départ de maman et papa de la maison et ensuite pour l’au-delà, Jean-Claude est devenu notre centre familial, le point d’ancrage de la famille comme le disait si bien Véronique dans son courriel. À l’été, on aimait bien faire un petit tour à St Ulric, dans le deuxième rang de Tartigou, pour voir notre coin de terre natale, pour voir Jean-Claude et surtout l’écouter nous raconter toutes sortes d’anecdotes et histoires concernant la vie paroissiale de St Ulric. Il aimait raconter, il était un bon conteur et il avait une mémoire phénoménale. Il se rappelait de nombreux détails. Jean-Claude a travaillé très fort sur la ferme et avec l’aide et le support de Carmen, il l’a fait énormément progresser. Il a commencé très jeune. Déjà, à la petite école du rang, il a manqué beaucoup de jours d’école pour aider papa durant le temps des labours, des semences et des récoltes. Il n’y avait pas de tracteur dans ce temps-là, c’étaient des chevaux, le tracteur est arrivé en 1950. Nous, ses sœurs et frères, nous lui sommes tous des plus redevables, moi le premier. C’est grâce à lui et aussi à maman et papa que nous avons tous pu faire des études. Merci Jean-Claude, un gros merci. Tu mérites bien de te reposer. Pour terminer, j’aimerais offrir à Carmen, sa très dévouée compagne de vie, ainsi qu’à sa famille, mes plus vives et profondes condoléances. Bon courage Carmen. Requiescat in pacem, Jean-Claude. ********************************************* HOMMAGE PAR SA SOEUR CLAUDETTE Ti-Jean a occupé une place très importante dans nos vies. Il fût le témoin et le gardien de nos souvenirs d'enfance et il est demeuré notre ancrage au sein de la famille ainsi que le pilier. Il nous a vus quitter le nid familial un à un et maintenant, il est le premier à quitter ce bas monde pour aller rejoindre nos parents et son petit-fils Émile. Cette fois, c'est nous qui le voyons partir après un difficile combat où ses forces l'ont quitté petit à petit. Il fut un grand frère (un petit frère pour Albert) turbulent, enjoué, taquin à ses heures et qui aimait rire. Ce qui décrit le mieux notre frère, c'est son courage, sa vaillance, sa détermination et son sens du devoir. Ti-Jean était de cette race de défricheurs, de bâtisseurs qui ont aidé à ériger leur coin de pays, et ce, humblement et sans le savoir. Sa récompense était de voir sa famille heureuse, ses belles récoltes et ses animaux en bonne santé. Dès sa plus tendre enfance, il fût un travailleur acharné. Il a appris avec nos parents à cultiver la ferme familiale transmise de père en fils et il fut la troisième génération de Watts à bichonner ce petit coin de terre. Très jeune, il a même labouré avec les chevaux et il a développé un savoir-faire digne de mention en ce qui à trait à cultiver et à donner des soins aux animaux. Il n'était pas rare qu'il se levait la nuit pour aider une vache à mettre bas, comme son père l'avait fait avant lui. Il n'y avait pas d'heure précise à ce chapitre. Le dévouement était son guide, les animaux et la terre devaient avoir tout ce dont ils avaient besoin. Jour après jour, sans se lasser, il a su s'adapter aux changements en agriculture et il n'a pas hésité à agrandir et à moderniser sa ferme année après année. Il a élevé son travail à un niveau très professionnel avec sa compagne de vie et coéquipière Carmen. C'était devenu une entreprise qui demandait de grandes connaissances et des compétences dans différents domaines et vous avez bien réussi. Paul Claudel a écrit: Interroge la vieille terre et toujours, elle te répondra avec le pain et le vin. Du pain, chez-nous, il y en avait beaucoup mais le vin c'était plus rare. Un psaume qui convient à cet homme de la terre: c'est le Psaume 22 versets 1 et 2. : 1 Le Seigneur est mon berger ; je ne manque de rien ; 2 il me fait demeurer dans les verts pâturages. S'il y en a un qui pouvait s'occuper des verts pâturages, c'était bien lui. Il l'a fait avec amour. Comme il a su faire ses tâches tout au long de sa vie. Là où tu es présentement, cher frère, si la grande horloge éternelle ne fonctionne plus, si la porte du paradis a besoin d'huile dans les pentures, ne fais rien, même si nous avons hâte de te retrouver, nous ne sommes pas trop pressés de faire le saut dans l'au-delà. Au revoir Ti-Jean. Tes sœurs et tes frères. ****************************************************** HOMMAGE DE SA PETITE-FILLE RACHEL Pour toi mon grand papa Grand-papa, les mots ne seront jamais suffisants pour te dire tout ce que j'aimerais ou te dire comment tu es important pour moi et que je t'aime. Mais je tenais à te remercier. Te remercier d'avoir toujours été là pour nous, mon frère et ma soeur et moi. Merci pour ta patience et ton amour. Tu m'as appris l'importance de la rigueur, persévérance et du travail bien fait. Tu es la preuve de force et de courage. Je t'admire depuis mon jeune âge. Merci pour tes histoires que tu nous a partagées. Je pense à celles de ta famille, de ta jeunesse, de la ferme, il en avait tellement ! Je me souviens des moments passés en motoneige où tu me montrais ta maison d'enfance et que tu me racontais le temps à la ferme. Je me souviens aussi de mes étés à la maison avec vous, d'aller cueillir des noisettes, des voyages en camping, des parties de golf et de tous les autres beaux souvenirs que j'ai pu avoir avec grand-maman et toi. J'aimerais un jour devenir aussi belle personne que tu es. Je t'aime beaucoup mon grand-papa. Rachel - ta petite-fille.


Facebook Partager sur Facebook