MENU
Aide Successoral Fragment life Partenariat Professionnel

Hommage à M. Bertrand SANTERRE

Hommage à M. Bertrand SANTERRE

HOMMAGE À GRAND-PAPA LE LUNDI 12 OCTOBRE 2020 PAR STÉPHANIE SANTERRE Sur le nombre respectable de 95 années de vie, chacun a pu connaître une facette de personnalité de Bertrand, soit en tant que parent ou ami. Aujourd’hui, j’ai l’honneur de vous partager la mienne en tant que petite-fille. J’ai connu un grand-père Fier Quelle joie pour lui de voir s’agrandir sa famille, soit en : Accueillant chaleureusement dans la famille de nouvelles brus et de nouveaux gendres. Cependant, pour les gendres, ils savaient que son affection était gagnée le jour où ils prenaient le surnom de « bonhomme » Et en devenant, comme il s’appelait lui-même, « grand-papa laitte » pour ses arrière-petits-enfants. J’ai connu un grand-père Populaire, apprécié et respecté Effectivement, il était un homme public. Quand je me présentais, souvent un questionnaire m’était passé : Question 1 : Es-tu une Santerre de Baie-des-Sables ? Question 2 : Es-tu parentée avec les Santerre du garage au bout du village ? Question 3 : Es-tu la petite-fille du « ptit Bertrand »? Quelle joie et fierté quand je répondais oui à la dernière. Eh oui il était de courte taille mais tellement attachant et respecté. J’ai connu un grand-père Qui avait le pouce vert Du printemps à l’automne, il s’affairait à fleurir et verdir sa cour. Il était très heureux sur son tracteur à tondre sa pelouse digne d’un terrain de golf tellement elle était fournie. Je suis convaincue qu’il donnait beaucoup de soins à ses arbres fruitiers car à l’automne c’était la récolte miraculeuse. J’ai connu un grand-père Respectueux des traditions En effet, les traditions familiales étaient importantes pour grand-maman et lui. Je me rappelle du Jour de l’An avec la liqueur aux cerises de la microdistillerie installée à la cave, la bénédiction paternelle et le poulet frit Kentucky qui goûtait toujours meilleur à la maison qu’au restaurant. Faut pas oublier Pâques avec, soit son crabe à volonté ou son brunch digne de la cabane à sucre – il y en avait pour tout le monde! J’ai connu un grand-père Qui savait s’amuser Je me rappelle du récit de ses vacances avec grand-maman en roulotte au fabuleux Caraquet où il avait joué du violon avec ses nouveaux amis acadiens. Je me souviens aussi de mon initiation au skidoo dans le sentier des amoureux de motoneige sur le 10 forces où il me répétait des milliers de fois « garde ta droite » Mais que de souvenir du chalet à Saint-Noël où toute la famille se rencontrait les dimanches. Il devait mettre son chapelet sur la corde à linge parce que le beau temps et les coups de soleil, étaient toujours au rendez-vous. Le chalet était spécialisé aux rencontres familiales : Pour les repas du soir qui finissaient en épluchette de blé d’inde et salade à la crème, les nombreuses tables de pique-nique étaient disponibles et sans oublier le passe plat bricolé dans le salon. Aussi, le petit terrain de baseball où la dimension n’était pas un hasard. Pour grand-papa, les petits et les grands devaient avoir la même chance de faire un coup de circuit puisque le champ centre n’était pas très loin du monticule. J’ai connu un grand-père Travaillant et persévérant Il a travaillé au garage jusqu’à ses 92 ans. Pensées spéciales pour ses collègues, Donald et Sébastien. J’ai des souvenirs de lui dans le fond du garage ou monté sur sa chaise, ti casse sur la tête, accoté sur l’aile du pickup capot ouvert à examiner le moteur. Que dire de la flotte de véhicules dont le matériau de prédilection était le bois genre le snowtrack et la fameuse remorque, même la stéchine était finie en simili bois Il était persévérant mais quand un bris mécanique venait à bout de lui, on pouvait entendre les « c’est pas diable », les « Hi batêche » et les « c’est l’enfer dans le purgatoire » J’ai connu un grand-père Talentueux et vedette Eh oui, il avait un sideline :Garagiste le jour et violoneux le soir. J’étais trop petite pour participer aux soirées mais je me rappelle qu’il parlait de ses performances en compagnie de Ghyslaine au Club des raquetteurs ou au Cordon Rouge. Des soirées, il en a eu partout! Des fois, au Jour de l’An, il nous faisait l’honneur de jouer un tit rigodon. J’étais vraiment fan finie de mon grand-père.   Je me fais le porte-parole de deux cousins qui m’ont touchée par leur publication Facebook. J’ai obtenu la permission de vous les citer : De Michael : Ce matin à l’âge de 95 ans un grand homme nous a quittés Un père Un grand-père Un arrière-grand-père Un époux Un modèle Un mécanicien Un travaillant Un passionné Un musicien Un fondateur Un homme respecté UN GRAND HOMME Merci grand-papa pour tout ce que tu nous as légué et partagé Après 95 ans de projet de travail et de plaisir Tu peux maintenant te reposer D’Isabelle : Un si grand homme... contenu dans un si petit Monsieur Grand-maman l’appelait son « petit mari » malgré qu’il soit... son grand amour Aujourd’hui vous êtes parti rejoindre notre ange qui vous attendait les bras ouverts et le sourire dans les yeux... Que dire de cette vie grandiose! Votre rire va me manquer... Je vous aime Papi Votre Framboise, votre « Nez » Xxx Je vous aime Grand-Papa. Votre « les mon Ninie » de Rimouski-ki


Facebook Partager sur Facebook