MENU
Aide Successoral Fragment life Partenariat Professionnel

À ma soeur

Johanne, ma tite sœur, Quelle tristesse je vis aujourd’hui, la famille aussi. C’est toute une surprise que tu nous as faite hein! Une surprise qu’on n’attendait pas pantoute. Une mauvaise blague? Non, c’est la réalité malheureusement. C’en est trop! Qui aurait cru que tu nous quitterais si vite. Personne ne voulait revivre ça une 3e fois tu sais. Tu as imité nos 2 sœurs : partir en cachette toute seule comme une grande. Pour nous c’est le Jour de la marmotte, l’impression de déjà vu mais qu’on ne veut pas répéter, c’est trop triste. Faut croire que le destin en a décidé autrement. On ose espérer que tu n’as pas trop souffert avant de fermer les yeux pour toujours, ce serait pour nous une certaine consolation. La dernière fois qu’on s’est vu c’était pour préparer ton CV et une potentielle entrevue. On a discuté de tes compétences, tu doutais de tes capacités pourtant si évidentes avec toute l’expérience que tu avais. Le lendemain, tu recevais un téléphone pour une entrevue. Quand je t’ai appelée pour savoir comment ça c’était passé tu m’as dit « super bien, je commence le 11 décembre ! ». Tu étais très heureuse d’avoir surmonté ce grand stress que tu vivais en pensant à l’entrevue. Après l’avoir réussie, tu étais tellement fière de cet accomplissement. C’était pour toi une montagne à escalader, ça t’a demandé des efforts énormes, mais tu as atteint le sommet de la satisfaction. Tu étais soulagée et libérée de ce stress vécu avec tant d’intensité. Ce fut notre dernière conversation. Finalement, t’auras même pas eu le plaisir de débuter ce nouvel emploi que tu venais tout juste d’obtenir. Je ne t’entendrai plus jamais me répondre « salut ma sœur » quand je t’appelais. Ça va me manquer tu sais. Tu étais la seule sœur qui me restait, ma tite soeur. On avait développé une relation particulière ces dernières années; on jasait de nous, nos p’tits malheurs, nos bonheurs, pis des autres (des fois). On partageait nos inquiétudes de maman concernant nos enfants, notre papa qui se fait vieux. Tu étais là quand on avait besoin, disponible à donner un coup de main quand c’était possible pour toi de le faire. Tu avais accepté de faire le ménage de papa ces derniers mois. Ça te stressait tellement que papa allait prendre une marche pour te donner une chance. Et pourtant, on ne doutait pas de tes compétences! Tu avais le cœur sur la main ma sœur pour ceux que tu aimais. Johanne, tu étais généreuse pour ta famille, aimante et attentionnée. Tu aurais tout fait pour la protéger. Même chose avec les animaux, ils avaient une place spéciale dans ton cœur, particulièrement les chats. Plus jeune, tu avais adopté un bébé lièvre, tu en prenais soin comme une maman. Aussi, tu regardais les geais bleus manger des peanuts par la fenêtre avec émerveillement à chaque fois, les canards au chalet qui venaient manger les graines sur le bord du lac, tous les animaux qui se montraient la bette. Ma sœur tu étais UNIQUE, ORIGINALE, AUTHENTIQUE, FANTASTIQUE, EXTRAORDINAIRE, GENTILLE. Ce sont les mots qui sont écrits sur la carte que tu m’as donnée à mon dernier anniversaire il n’y a pas si longtemps. Quand tu me l’as remise, tu m’as dit « c’est vrai, c’est ce que je pense ». Aujourd’hui, je te retourne tous ces qualificatifs avec tendresse. Je la garderai précieusement pour toujours pour me faire du bien. Plusieurs te surnommaient « madame sourire », et avec raison. C’était ta marque de commerce partout où tu allais. Tu arrivais chez-nous, ou ailleurs, avec ta bonne humeur, le sourire aux lèvres et contente de voir tout le monde. Quand on te voyait arriver, Steve et moi on se disait « eh qu’elle ressemble à maman! ». On ne prononcera plus jamais ces paroles, mais on va continuer de le penser. Ton sourire va nous manquer, ton parfum, ton amour, ta bonne humeur, tes câlins sans oublier tes bruits corporels qui nous faisaient réagir à toutes les fois, et tes rires qui les accompagnaient. T’es partie rejoindre maman, Christine et Guylaine au pays des anges dans la paix et l’amour. Ce seront désormais les souvenirs qui prendront cette place que tu occupais dans la vie de tous les jours, nous devrons nous y faire. On pansera cette vive douleur en se remémorant les moments passés avec toi au fil des ans. Ton passage dans nos vies aura été trop court à mon goût, on avait encore plein de choses à se dire et à faire ensemble. Merci d’avoir été là dans les bons ou moins bons moments que la vie nous a apportés. Tu étais d’une bonne écoute, t’aurais voulu faire disparaître nos souffrances. Tu auras toujours une place de choix dans mon cœur. Tu es un des plus beaux cadeaux que la vie nous a fait! Nous sommes assurés que tu veilleras sur ceux que tu aimes. On t’aime Johanne, on t’aimera toujours. Salut ma tite sœur! Repose en paix! Ta grande soeur Hélène


Facebook Partager sur Facebook