MENU
Aide Successoral Fragment life Partenariat Professionnel

Chroniques

Restez informé(e) en consultant cette section régulièrement. Nous y inscrivons les dernières nouvelles, les récents événements et des chroniques se rattachant à notre Maison commémorative familiale.

Le départ des grands-parents

Le départ des grands-parents

« Maman, pourquoi grand-papa n’est pas venu nous voir aujourd’hui? - En plus, pourquoi la maison est remplie de gens que je ne connais pas, d’oncles et de tantes que l’on ne voit presque jamais ?» Dans ces moments, «la maman» est presque inaccessible. Souvent, les membres de la famille demandent à l’enfant de ne pas la déranger et d’aller jouer dans sa chambre. Même si on évite d’annoncer à l’enfant le décès de son grand-père, le soustrayant ainsi de la réalité, il saura tôt ou tard ce qui se passe vraiment. Il comprendra à son niveau qu’un événement majeur vient de se produire. Aujourd’hui, la proximité qu’ont les grands-parents avec leurs petits-enfants fait en sorte que ces petits êtres doivent affronter un deuil de plus en plus jeunes. C’est pour cela que les adultes doivent créer une atmosphère qui indique aux enfants que leurs pensées, leurs peurs et leurs souhaits sont reconnus au moment de la mort d’un grand-parent. Cette reconnaissance comprend aussi le droit aux explications et à la participation des préparatifs des rituels funéraires. Bien que les enfants ne comprennent pas nécessairement tous les détails de la cérémonie qui entoure la mort, le fait de les faire participer à la planification des rituels les aide à se sentir plus à l’aise. Cela leur permet de mieux comprendre que la vie continue malgré la mort de grand-papa ou de grand-maman. La cérémonie commémorative d’un être cher étant un événement important, les enfants doivent avoir le même droit que les autres membres de la famille d’y assister. Cela signifie qu’ils peuvent y participer, sans toutefois y être forcés. Expliquez-leur le but des cérémonies comme une façon de rendre hommage à la personne décédée, de s’aider, de s’appuyer et de se réconforter les uns les autres. Cette démarche pourra les aider à mieux comprendre et à accepter les rites de passages de la vie comme un processus peut-être difficile mais naturel. Le fait de voir le corps de la personne aimée décédée peut aussi être une expérience positive. Cette façon de faire permet en effet de dire «adieu» et aide les enfants à accepter la réalité de la mort. L’enfant tout autant que l’adulte, a besoin de ces rituels qui l’aident à accepter la réalité du décès. Être présent l’aide aussi à se percevoir comme une personne en deuil à part entière et ce, malgré son jeune âge. Il perdra certainement un peu de sa naïveté, mais il gagnera beaucoup en maturité, ce qui peut l’aider pour le reste de sa vie. Il sortira grandi de cette épreuve. En grandissant, il pourra ressentir à nouveau le besoin de poser des questions, car le processus de deuil de l’enfant se construit sur une longue période. Ce qu’il faut se rappeler c’est que les rituels funéraires ne sont pas faits pour la personne qui décède, mais bien pour ceux qui restent ! Par : Nicole Pâquet, professionnelle en rituels funéraires INFOS La Maison commémorative familiale Rouleau, en toute transparence, présente périodiquement à un vérificateur externe du Bureau de Normalisation du Québec l’examen des documents de l’entreprise et ce, dans le but de répondre pour vous, à toutes les exigences de la certification et de s’assurer qu’elles sont respectées.


Facebook Partager sur Facebook

J'ouvre la porte

J'ouvre la porte

Ce matin, la fenêtre entrouverte laisse l’air frais du matin envahir ma chambre. Une fois de plus, le sommeil et une multitude de pensées ont fait ensemble la valse dans ma tête pendant toute la nuit, ne permettant le repos de mon corps que par intermittence. La mélodie répétitive du chant des oiseaux vient me siffler l’heure d’un autre début de journée qui s’annonce. Mes mains tâtent le repli des draps froissés pour y rechercher ta présence. Quelques semaines déjà se sont écoulées depuis ton départ précipité. Tout ce que je réussis à atteindre aujourd’hui c’est le vide; ce vide qui pour moi, est si lourd. Je passe en revue les derniers instants passés au salon funéraire, en présence de ton corps… • J’ai raconté mon histoire à ceux qui voulaient bien l’entendre, je ne sais plus à qui et combien de fois, je l’ai oublié… • J’ai vu tant de gens venir à moi pour me consoler. J’avais tellement besoin d’eux, mais mes yeux trop mouillés par les larmes ont brouillé l’image de leur visage dont j’ai peine à me rappeler… • J’ai écouté leurs messages de sympathie mais mon corps engourdi par la douleur n’a pas tout absorbé … Aujourd’hui j’ai conscience que j’ai tant eu besoin de tous ces gens et de ces moments de réconfort qui m’ont secouru à travers cette tempête de la vie qu’est le deuil. Je ne peux rattraper le temps où tu étais encore à mes côtés. On dirait que tous les projets que j’avais auparavant me semblent maintenant inatteignables. Je constate qu’en me retrouvant seul à la maison, j’ai enfilé une armure pour me protéger contre la réalité qui venait de me frapper. Au nom de la vie, je dois m’en défaire. Je dois réinventer l’histoire de ma vie et tenter à chaque jour d’en percevoir les perspectives. Je dois le faire pour moi, pour mes enfants et mes petits-enfants. Je dois puiser en moi pour trouver le potentiel nécessaire qui me permettra de redonner un sens et une signification à mon existence. J’ai la lourde tâche de réapprendre à vivre sans toi. Nul doute que j’aurai souvent à relever de nouveaux défis, dont un premier aujourd’hui : j’irai visiter le columbarium pour me recueillir auprès de toi, chose que je n’ai pas encore eu la force de faire. J’essaierai de me tenir en équilibre entre les mouvements de ma vie et ceux de ta mort. Au fil des semaines et des mois à venir, lorsque mon cœur sera prêt, je pourrai comme aujourd’hui prévoir des petits rituels réconfortants et poser des gestes qui sont significatifs pour moi pour ainsi introniser avec le temps, ton doux souvenir dans ma pensée. Aujourd’hui, je choisis d’ouvrir la porte sur ma vie, je choisis de me remettre au monde. Auteure : Nicole Pâquet, professionnelle en rituels funéraires INFOS En référence à l’article 5.17 du document du Bureau de normalisation du Québec (BNQ9700-699), seule une entreprise funéraire CERTIFIÉE doit mesurer la satisfaction de sa clientèle une fois la prestation de service achevée et elle doit mettre en place un mécanisme lui permettant de recueillir, de compiler et d’analyser les commentaires de sa clientèle.


Facebook Partager sur Facebook

Est-ce que le corps d'un défunt est un bien personnel ?

Est-ce que le corps d'un défunt est un bien personnel ?

Pour commentaires : David Beaulieu, PRF david.beaulieu@lrouleau.com Nous utilisons souvent dans notre jargon populaire les termes : mon époux, ma mère, ma fille, mon père… en voyant ces êtres qui nous entourent comme s’ils faisaient partie égoïstement de notre bagage, comme s’ils nous appartenaient. Il ne faudrait pas oublier que chaque personne, en tant qu’être humain, trace bien malgré elle d’innombrables sillons dans la vie des gens de son entourage. Elle laisse sa trace auprès des êtres qu’elle côtoie tout au long de sa vie en tissant, tel un artisan, de multiples liens avec ses pairs. Considérant ce fait, croyez-vous réellement que nous sommes en droit de nous approprier le corps de l’être aimé au moment de son décès ? Sous prétexte que nous étions en étroite relation avec la personne décédée, pouvons-nous nous donner le droit de «posséder cette relation», pouvons-nous prêter un pouvoir intouchable au survivant de la relation au moment où l’un d’eux quitte ce monde? Peut-on se donner la permission de posséder quelqu’un, de croire qu’il ou qu’elle nous appartient au nom de tout ce qui a été. En fait personne n’appartient à personne. En société comme en famille, nos relations humaines sont comme des fils qui s’entrecroisent entre eux, se procurant les uns aux autres les ingrédients nécessaires à la croissance, au développement et à l’évolution de chacun d’eux. Il ne faudrait pas oublier que la personne disparue est précieuse pour nous, mais l’est probablement tout autant pour un tas d’autres gens de la communauté qui auront besoin de manifester de la gratitude, de l’affection, du respect, de l’amitié ou même de l’amour pour cette personne. Le deuil ne doit pas être une épreuve que l’on traverse en solitaire. Il est bénéfique et nécessaire de permettre à tous les membres d’une communauté de se rassembler pour se soutenir mutuellement en ces moments difficiles. Au plan émotif - «Non, ton corps ne m’appartient pas ... il est sans doute la propriété de tous ceux et celles qui auront ressenti le besoin de venir se rendre compte de ton départ, considérant que tu auras été l’un des artisans d’une partie de leur propre histoire, tel un legs laissé en cadeau. Je laisse donc à tous le droit de se déplacer pour venir constater ton départ et te dire un dernier au revoir…» Auteure : Nicole Pâquet, PRF INFOS En référence à l’article 5.6.1 du document du Bureau de normalisation du Québec (BNQ9700-699), une entreprise funéraire CERTIFIÉE doit posséder et mettre en application des procédures écrites pour le transport des défunts, des cendres et lorsque nécessaire le transport des membres de la famille endeuillée. Il convient que les transports précédemment mentionnés doivent être effectués de manière digne, respectueuse et sécuritaire.


Facebook Partager sur Facebook

Le temps, un cadeau de qualité

Le temps, un cadeau de qualité

Aujourd’hui, le tic-tac de mon horloge me ramène à la mémoire une multitude de souvenirs tels de bons moments passés auprès de ceux et celles qui ont déjà fait partie de mon quotidien et qui aujourd’hui, ne sont plus… Cette jolie musique m’indique aussi que cette minute qui vient de passer ne se représentera plus jamais dans ma vie. J’aurais beau vouloir la rattraper, que j’en perdrais je ne sais combien d’autres. En fait, il est inutile de vouloir rattraper le temps passé, mais en même temps, il est important de demeurer conscient que le temps présent que nous vivons chaque jour est un cadeau précieux. Le temps … il devient notre compagnon dès notre conception en passant par notre premier pleur de bébé naissant jusqu’à notre dernier souffle. Il voyage quotidiennement à nos côtés, mais il demeure aussi «incognito» pour ceux qui ne se soucient même pas de son existence. Malgré tout, il devient quelque chose de très convoité lorsque l’on sent qu’il nous file entre les doigts, comme lorsque vient le temps de faire les emplettes de la semaine, de s’occuper de la maisonnée, de se rendre au travail, de se présenter à l’heure à un rendez-vous. Hélas, nous savons tous que nous sommes impuissants devant cet allié incontrôlable de notre vie. De plus, le temps devient sans contredit une denrée recherchée, par exemple lorsqu’un médecin annonce tristement à son patient le décompte approximatif des jours de vie qui restent pour lui. Cette nouvelle amène brusquement à la mémoire de ce dernier que le temps deviendra son plus précieux trésor pour les jours à venir. Le temps sera alors un joyau non seulement pour lui-même, mais pour tous ceux qui l'entoureront et qui ne compteront que sur le temps pour être près de cette personne pour qui les jours seront comptés, se permettant ensemble de savourer toutes les minutes de leurs précieuses rencontres souvent improvisées. Vous comme moi, avez déjà entendu dire : « J’aurais dû prendre le temps de passer le voir.» «La dernière fois que je l’ai vue, j’aurais dû lui dire que je l’aimais tandis qu’il était encore temps». Et combien d’autres énoncés du genre que je pourrais répertorier Les professionnels en rituels funéraires (PRF) et les officiers en rituels funéraires (ORF) de la Maison commémorative familiale Rouleau vous suggèrent de prendre du temps pour vous, pour vos proches, de profiter de toutes ces minutes que vous passez avec ceux que vous aimez en gardant bien en tête que tous ces moments sont des cadeaux, les plus beaux que l’on puisse donner et recevoir en ce Temps des Fêtes qui approche. Auteure : Nicole Pâquet, professionnelle en rituels funéraires INFOS En référence à l’article 5.9.3 du document du Bureau de normalisation du Québec (BNQ9700-699), seule une entreprise funéraire CERTIFIÉE doit avant toute présentation ou exposition d’un défunt, faire une vérification de l’état du défunt, du cercueil et du salon de présentation, ceci par un membre de son personnel.


Facebook Partager sur Facebook

Au nom de la vie

Au nom de la vie

Chaque partie du monde est à la merci des soubresauts de Dame Nature. Dans notre coin de pays, souvent nous nous désolons en regardant la pluie qui n'en finit plus de tomber pendant des jours. Cela, tandis que d’autres subissent la canicule et vivent avec l’anxiété des feux de forêt menaçant leur propriété et peut-être même leur propre vie. Pour protéger la population, des plans d’évacuation ont été mis sur pied par les autorités. Lors des feux de forêt, des pompiers travaillent sans arrêt. Les habitants des régions touchées demeurent jour et nuit sur un pied d'alerte, prêts à l'éventualité de devoir tout laisser derrière eux. Songez maintenant que dans votre propre famille ou dans votre entourage immédiat, certaines personnes sont comme ces habitants. Elles se voient dans l’obligation d’accepter ce que la vie leur livre et vivent chaque jour avec l’angoisse et l'obligation de combattre la maladie qui menace leur vie. Pour les soigner, de savants médecins ont fait des découvertes suite à de nombreuses recherches. Dans certains cas, ils ont pu mettre sur pied de nouvelles technologies afin de leur permettre de vaincre la maladie. Dans d'autres cas, les malades vivent jour et nuit avec l’idée qu’ils seront peut-être dans l’obligation de tout quitter. Ils se voient confrontés à vivre le deuil de leur propre vie. Soyons solidaires de toutes ces personnes, tout en demeurant respectueux envers elles. Peut-être n’ont-elles pas le coeur à partager leur souffrances avec tous et chacun ? Aussi, prenons le temps d'écouter toutes ces personnes qui ont besoin d’en parler. Prenons le temps de les écouter pour entendre et comprendre ce qu’elles ont à nous dire. Prenons le temps de leur apporter notre assistance. Prenons le temps de leur livrer les plus beaux messages d’amitié et d’amour qui sont demeurés jusqu’à maintenant enfouis au plus profond de notre coeur, faisant de ces moments les plus belles douceurs que l’on puisse leur offrir. Certes, les jours de pluie viennent davantage assombrir ces moments précieux, mais en revanche, nous pouvons nous efforcer d’être les plus beaux rayons de soleil pour toutes ces personnes souffrantes et ce, au nom de la vie. Auteure : Nicole Pâquet, professionnelle en rituels funéraires


Facebook Partager sur Facebook

Se rassembler pour le plus grand bien

Se rassembler pour le plus grand bien

La saison agréable qu’est l’été donne place à toutes sortes de festivals à la grandeur du Québec. Pour y avoir participé au cours des étés passés, sans doute cette année encore avez-vous assisté à l’un ou l’autre de ceux-ci. Pour ce faire, plusieurs se joignent aux membres de leur famille, voyant là une occasion agréable de se rencontrer, tel un rituel et ce, année après année. À d’autres occasions également durant l’année, il y a toutes sortes de rites qui permettent de souligner des commencements ou des fins d’étapes. Ceux-ci donnent l’occasion aux membres des familles et à leur communauté de se rassembler, comme par exemple: les baptêmes des tout-petits, les mariages et anniversaires de vie à deux des plus grands. Lors des préparatifs de ces événements, il arrive que tous ne s’entendent pas sur la planification du déroulement de ces fêtes. Malgré tous ces petits inconvénients, tous s’entendent sur une même chose : l’importance de commémorer ces étapes de vie par le biais de ces rites. Il en est de même lorsque vient le temps de préparer les rituels entourant le décès d’un proche; des échanges entre les membres des familles ont lieu et certains se questionnent : Pourquoi est-ce si important de se rassembler pour la commémoration de quelqu’un qui n’est plus ? En réponse à cette question, chacun y va de son opinion qui est directement liée aux valeurs qui l’animent dont voici quelques exemples : • C’est important pour moi parce que j’ai besoin de venir me rendre compte du réel départ de cette personne que j’aimais. J’ai besoin de commémorer sa vie et tout ce qu’elle a été pour notre famille et toute la communauté. J’ai aussi besoin de me joindre à ceux et celles qui iront au cimetière pour son inhumation. Tous ces rituels sont pour moi signifiants et grands de sens puisqu’ils marquent toute l’importance accordée à la fin d’une vie humaine; • C’est important pour moi d’aller rendre un dernier hommage à cet être qui était une personne importante pour moi et parce qu’en plus, je sais que c’est la première fois que ses proches vivent une telle épreuve et je comprends qu’ils ont besoin d’être soutenus pour traverser ces moments difficiles; • C’est important pour moi de prendre le temps d’aller soutenir mon ami qui a toujours été là pour moi et qui vient de perdre une des personnes les plus importantes de sa vie. J’ai d’ailleurs pu vivre avec lui un moment touchant lorsqu’il a pleuré sur mon épaule le départ de cet être cher. Il a pu me dire et exprimer tout le bouleversement que ce départ apporte dans sa propre vie. Dans la vie, il y a parfois des événements heureux qui nous divisent ; mais il arrive aussi qu’il y ait des événements malheureux qui nous rassemblent pour notre plus grand bien. Auteure : Nicole Pâquet, professionnelle en rituels funeraies


Facebook Partager sur Facebook

Une équipe de tout coeur avec vous

Une équipe de tout coeur avec vous

Selon vous, combien de professionnels et d’accompagnateurs participent aux préparatifs des rituels funéraires et à la célébration commémorative de l’être aimé lorsque survient le décès d’un proche, ou lorsque que vous confiez les rituels funéraires de l’être cher à la Maison commémorative familiale Rouleau ? Pour chacune des familles endeuillées qui sont rencontrées, ici à la Maison commémorative familiale Rouleau, c’est une dizaine de professionnels et officiers en rituels funéraires qui sont là, jour après jour, pour répondre efficacement à vos besoins soit : spécialistes en thanatopraxie, conseillers en rituels funéraires qui vous accompagneront pour les préparatifs des rituels, responsable de l’accueil, graphiste, hôtesses, chauffeurs, porteurs, préposés au crématorium (selon le cas), préposés à l’entretien des équipements et des véhicules. Les rituels funéraires représentent des gestes concrets qui sont posés par la famille et les proches, dans le but de prendre un temps d’arrêt pour vivre leur souffrance mais également pour donner un sens à tout ce qu’aura été l’être disparu pour toute une communauté, pour donner un sens à sa vie. Pour rendre cet événement digne et à la hauteur de ces attentes, plusieurs intervenants sont nécessaires. La Maison commémorative familiale Rouleaus’est dotée d’une équipe professionnelle qui travaille de tout cœur, pour aider les familles endeuillées à traverser cette étape et favoriser leur ascension vers la guérison et leur apporter une ouverture vers la vie. Le professionnalisme de la Maison commémorative familiale Rouleau est basé sur une bonne formation, une connaissance des besoins de la communauté, des services disponibles et surtout, sur une attitude d’écoute empathique et des valeurs humaines et organisationnelles qui sont ancrées à la Maison commémorative familiale Rouleau. Les membres du personnel de la Maison commémorative familiale Rouleau ont à cœur de vous apporter le meilleur des services vous permettant d’avoir l’esprit en paix. Ce plus qui fait tant de bien, vous pouvez trouver à la Maison commémorative familiale Rouleau. INFOS Une entreprise CERTIFIÉE doit posséder et mettre en application une procédure écrite d’accueil et de communication avec sa clientèle (référence article 5.2.1 de la norme) et que cette procédure doit traiter des modalités concernant la transmission de l’information. Auteure : Nicole Pâquet, professionnelle en rituels funéraires


Facebook Partager sur Facebook

Des funérailles, est-ce encore important de nos jours ?

Des funérailles, est-ce encore important de nos jours ?

Par Josée Jacques,psychologue Nous sommes à l’ère où de multiples transformations se font sentir dans notre société et ces changements touchent également le milieu funéraire. Ceci me porte à croire que ces modifications sont sans doute la cause de bon nombre de vos questionnements. Parmi vos interrogations, s’inscrivent la pertinence de la tenue des funérailles et l’importance ou non de ces rituels en période de deuil. Auparavant, les gens n’avaient pas le choix, tout était prévu : le cortège, les couleurs, le réconfort de toute la communauté. De nos jours, souvent les personnes plus âgées oublient ou mettent de côté les rituels qu’ils ont bien connus dans le temps, par peur de déranger. J’ai même déjà entendu : « Je ne veux pas faire de mal à mes enfants … alors ils vont m’oublier et ils pourront continuer leur vie». L'appauvrissement des rites funéraires rend le deuil de plus en plus difficile à traverser pour ceux qui restent. Lors de la présentation du corps, il y a des parents, des amis qui viennent vous rencontrer et vous faire raconter l’évènement de la mort. Le fait de le raconter 15 fois, 20 fois est bénéfique, considérant son effet «libérateur», parce qu’on ne raconte jamais une histoire de la même façon. De plus, la célébration commémorative fait partie des rites qui sont porteurs de symboles, et soutien pour les personnes en deuil. Elle est également sans l’ombre d’un doute l’une des fonctions essentielles qui vous obligent à prendre le temps ou à vous donner le temps nécessaire pour intégrer cette nouvelle réalité qu’est la vie sans cet être cher disparu. On aura beau vouloir changer et réinventer les choses mais même en considérant l’évolution de tout ce qui entoure l’être humain, cela ne veut pas dire que son ressenti et son état d’âme ont changé par rapport à la mort. Au contraire, à travers le temps, le décès d’un être humain sera toujours pour une famille, un ami, une communauté, un moment difficile de l’existence et sera vécu comme un déchirement qui suscite souvent une multitude de questionnements sur notre propre mort et ce, peu importe à quel siècle nous naîtrons ou mourrons. Au même titre que ceux qui font le choix parfois trop rapide, de ne pas exposer le corps de l’être cher - ceux qui choisissent de ne pas faire de cérémonie funéraire ressentent souvent amertume et regret face au fait accompli. (Source : Dr. Alan D. Wolfet, Ph.D.) Quand tout semble s’écrouler autour de nous, les rituels funéraires contribuent à nous faire retrouver une certaine stabilité.


Facebook Partager sur Facebook

En parler pour se soigner

En parler pour se soigner

Un appel téléphonique vient interrompre l’occupation à laquelle vous étiez affairé(e). En larmes, un membre de votre famille vous annonce le décès de l’un de vos proches. Vous recevez ce message comme une gifle en plein visage. Cette annonce survient dans votre vie d’une façon tout à fait imprévue. Il est possible aussi que cette nouvelle vous surprenne moins parce que vous aviez remarqué la détérioration rapide de l’état de santé de cette personne que vous aimiez tant ou parce que quelqu’un vous avait déjà informé de son décès imminent. Dans un cas comme dans l’autre, vous vous sentez comme si on avait harponné votre coeur. Vos idées se bousculent, vous n’arrivez pas à assimiler tous les mots de ce discours qui vous semblent si peu vrais. Cette réaction est tout à fait normale et fait partie des étapes premières du deuil. Il est important de ne pas s’isoler au cours de cette période ; passer des moments en famille pour traverser cette étape difficile ne peut qu’être bénéfique. Après le déroulement des rituels funéraires, les jours passeront et vous aurez sans doute des moments de grande tristesse qui laisseront parfois place à des jours meilleurs. Peu importe le rythme que vous prendrez pour traverser cette étape, le meilleur remède dans ces circonstances est d’en parler, d’exprimer, de traduire en mots cette blessure intense qui prendra probablement quelque temps à montrer des signes réels de guérison. Les discussions peuvent se faire entre membres d’une même famille, avec des amis avec qui vous êtes à l’aise et en qui vous avez pleine confiance ou en consultant un professionnel qui saura vous guider. Si vous vous sentez incapables d’échanger avec qui que ce soit sur votre relation perdue avec la personne disparue, vous pouvez également écrire, comme on l’a déjà mentionné dans l’une des chroniques précédentes. L’écriture est un exercice qui est très libérateur ; seuls votre crayon et votre feuille de papier seront témoins des émotions qui vous habitent. Parfois en voulant trop taire les mots dans le but de se protéger, on martèle davantage notre peine en la privant de paroles qui agissent comme un baume réconfortant. Les professionnels en rituels funéraires (PRF) et officiers en rituels funéraires(ORF) de la Maison commémorative familiale Rouleau vous prêtent leur oreille pour vous écouter, leur épaule pour vous accompagner dans ces moments douloureux de votre existence. Vous pouvez compter quotidiennement sur leur soutien empathique. Ce sont des gens d’ICI, disponibles pour vous servir avant, pendant et après les rituels funéraires et ce, depuis plusieurs décennies. Auteure : Nicole Pâquet, professionnelle en rituels funéraires INFOS En référence à l’article 5.9.1 du document du Bureau de normalisation du Québec (BNQ9700-699), s seule une entreprise funéraire CERTIFIÉE doit démontrer qu’elle suit des procédures écrites qui couvrent les exigences relatives à la présentation du défunt ou de l’urne contenant des cendres.


Facebook Partager sur Facebook
Pages :
Nous suivre